Cap en Bretagne

          Au détour d’une route, un panneau énigmatique, indiquant une direction tout aussi mystérieuse, à capturé notre attention. Tentons l’aventure !
          L’inconnu que j’aime tant ; provoquer la chance de trouver un coin paradisiaque ou bien celle d’un effort vain… On ne peut jamais savoir à l’avance …

          Cette fois ci, nous voilà projetés au milieu d’une forêt magnifique, verte, vivante, silencieusement si sonore… Un vestige mégalithique endormie en son cœur.


Personne ne vint, nous sommes restés là, à écouter cette forêt que nous avions réveillée. Doucement, elle nous apprivoise et reprend vie sous nos yeux.

Le Canal de Nantes à Brest

          La tisane du soir, celle que l’on savoure doucement avant de se coucher.

          Le campement est installé, la douche façon outdoor terminée, le repas en cours de digestion, c’est le moment de se poser simplement. Sentir la petite fatigue de la journée, celle qui t’aide à te rappeler les kilomètres parcourus, à trier tout ce que tu as vu, imprimer les plus belles images dans ta tête et sentir chaque muscle se détendre…

.

          Le long du canal de Nantes à Brest, nous découvrons une succession d’écluses impressionnantes, quelques jours de calme et de verdure toujours arrosés d’averses…

          C’est ici que nous avons rencontré Clément et son chien, partis d’Agen un mois plus tôt. Nous avons pédalé et bivouaqué ensemble, une compagnie et une ambiance qui recharge les batteries !

          Je me considère comme une voyageuse lente, très chargée, j’avance à mon rythme et ne cherche pas le défit sportif, Clément me ressemble un peu sur ce point. Bien plus chargé que moi, il tire un chariot pour son chien, même si parfois, ce dernier l’aide à tracter le chariot en courant à coté, harnaché.
          C’est toujours extrêmement intéressant de rencontrer de nouveaux voyageurs et plus encore de faire un bout de chemin ensemble ! Notre itinéraire divergeant, nous avons repris notre route le lendemain, chacun de notre côté. Au plaisir de te recroiser !

La Vallée des Saints

          La Vallée des Saints, une immense étendue au sommet d’une colline où sont taillés des centaines de saints en pierre selon la vision de l’artiste. A chaque créateur sa conception, son style et son coup de burin. Le projet serait d’en réaliser 1000, chaque année la grande famille continue de s’agrandir !

          On nous a parlé de cette Vallée, qui n’en est pas une, peu après notre passage à Nantes. On ne savait pas très bien quelle direction prendre et finalement, sans bien savoir pourquoi, sans doute par curiosité pour ma part, on l’a plus ou moins désigné comme objectif. Nous sommes arrivé sur le site à 21h, étant en visite libre, nous avons tout de même pu le contempler, seuls, avec en prime, le coucher de soleil !

Les nuits sous tente

          Le campement semble parfait, soigneusement choisit, un terrain plat, un lieu calme, loin des regards, à l’abri du vent et du soleil, lequel ne saurait m’expulser de ma tente de bon matin. Je pense n’avoir rien oublié, la nuit promet d’être agréable ! L’obscurité se dépose lentement, alors que je laisse le sommeil m’emporter.

          Zzzzzzz ….zZZZZZZzzz … Oh nooon … Me voilà, armé de ma frontale en pleine guerre du moustique au beau milieu de la nuit … Finalement, en voyage, sur son sac de couchage bruyant ou bien chez soi, dans un lit douillet, nos galères restent les mêmes !

          Du moins peut être pas … Il faut dire qu’il a fallu 10 jours de voyage avant enfin de profiter d’une nuit sans pluie ! Dans une maison, on subit un peu moins les conséquences de cette météo grincheuse…

Saint-Malo

          Cette masse mouvante, informe, à la puissance tant majestueuse que dangereuse… Il est impossible de lutter, la force de l’eau est sans pareil, pris au piège, aux pieds du barrage, les poissons attendent la libération. Perdu dans ces remous, la pitance y abonde, et la concentration de ses nageurs, exceptionnelle.

          La pèche y est sportive sans aucun doute, mais bien fructueuse…

          Le barrage entre Dinard et Saint Malo est plutôt impressionnant, il fait la joies de pêcheurs. Des bars énormes jaillissent de l’eau à tout moment.

          Pour nous, ce barrage indiquait principalement notre approche de Saint Malo, cette ville représentait pour moi l’une des premières ville bretonne où je m’étais rendue un peu plus jeune, et surtout LA ville ou j’ai découvert le Kouign-amann !!!

          Je me souvenais parfaitement de la boutique dans cette rue pavée inclinée, puis d’avoir déguster cette sucrerie de beurre caramélisé le long des remparts. Alex, lui, se souvenait y avoir découvert la fameuse galette saucisse. Ça vous dit quelques chose ? C’est un peu comme le kebab pour un breton si j’ose dire, une saucisse dans une galette avec un peu de sauce et c’est tout, un repas sur le pouce !

          Alors, voilà, après avoir tenté de résister à nos trouvailles précédentes sur la route, nous nous étions promis de craquer en bonne et due forme à Saint-Malo ! En grands gourmands, vous pouvez imaginez comme nous avons redoubler d’énergie et de motivation à l’approche de la ville …

Les aléas des vagabonds

          Cette petite plante à l’apparence inoffensive, d’un joli vert naturel avec de belles feuilles dentelées… Ça vous dit quelques chose ?
          L’ortie … Une petite pousse que j’avais osé négliger est venue aimablement m’effleurer le derrière alors que je me rendais au petit coin. Ce n’est pas grande chose me direz-vous, il faut éviter tout contact une dizaine de minutes et c’est oublié …

          Vous avez vraiment cru que j’allais resté dix minutes les fesses à l’air ? Et bien non, me voilà déjà repartie, m’installant sur mon vélo… Le fessier me démangeant et les frottements du vélo ravivant la douleur à chaque coup de pédale plus encore ! Le lendemain, je me grattais toujours gracieusement le derrière sur lequel s’étalait de belles plaques colorées …

On quitte Bretagne

          Il est temps de quitter la Bretagne, on s’éloigne doucement, dernière halte à Châteaubriant.

          Bon, je dois dire que j’ai été quelques peu surprise, je m’attendais à une ville un poil plus vivante… Mais à défaut de vie, il y a tout de même le château, avec un nom pareil, j’aurai été déçue de pas en trouver … Et puis de charmantes petites maisons, je sens que je me rapproche de la Loire et de l’Anjou, je retrouve un style qui m’est fortement connu !

          La chaleur commence à bien se faire sentir, la pluie du début est maintenant loin. On roule le matin jusqu’à un midi bien avancé et puis on se pose de longues heures à l’ombre, près d’un étang ou d’une rivière afin de bénéficier d’un peu de fraîcheur. C’est seulement lorsque le soleil est moins haut que l’on repart.

          Nous atteignons les bords de Loire peu après, une halte à Angers s’impose ! Les amis, du repos, des fêtes, des papiers, je profite un peu et je repars !

À bientôt jolie Bretagne …

Un commentaire Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s